Corruption

Publié le par yassine Benhida

Parlementaires devant la justice

 

 

À Safi, comme ailleurs au Maroc. La justice passe de la parole à l’acte. Conseillers, députés et élus sont devant les juges, en vue de répondre aux mêmes chefs d’accusations : achat de voix, ou intermédiation lors des dernières élections de la deuxième chambre. Un véritable feuilleton judiciaire, dont la sentence va de 8, à 18 mois de prison ferme, ou avec sursis. De 50 000 à 70 000 dirhams d’amende, en plus d’une interdiction de se présenter aux élections, pendant deux mandats. "Des procès sont encore en cours et les jugements sont entrain de jaillir" : Souligne la revue"Tel quel".  

 

L’enjeu, comme le souligne d"autres médias; est énorme, tant pour les parties, que pour leurs candidats. Bref, un véritable scandale qui laisse derrière lui un véritable avertissement pour les fraudeurs, un avertissement dont le contenu est que : « Ceux qui tombent doivent payer ».  

 

Qu’il soit un règlement de compte, une inadvertance, ou un vrai changement « espérant le », les prochaines élections seront « Autres », que ceux d’hier. En attendant que les autres zones d’ombres se dévoilent « in chalah », la chambre des conseillers est discréditée.

Publié dans Actualité de Safi

Commenter cet article