Faculté, quoi de neuf?

Publié le par yassine Benhida

 

Crescendo, la Fac de Safi

 

La rentrée universitaire 2006/2007 à la fac de Safi a permis à un nombre très important d’étudiants de s’inscrire,cela reste sans doute le fruits du travail fournit par tous le corps universitaire.


La rentrée universitaire à la Fac de Safi a dépassé les pronostics.  Cette année 4947 étudiants  ont été inscrits, un chiffre qui fait parlé de lui.Cela s’explique avec le travail fournit aussi bien par les profs que par l’administration, et coïncide sans doute avec l’obtention de la fac de son autonomie, après trois ans de son commencement. Le recrutement d’un Doyen officiel  tel M.Haddia (ancien professeur à la fac de Rabat et auteur de grandes recherches en psychologie…) a permis sans doute à la fac de Safi de bénéficier d’une grande expérience à cette rentrée universitaire.

Selon lui, "l’importance d’une rentrée universitaire : « est de satisfaire aussi bien en quantité qu’en qualité, et d’offrir le plus d’occasions de réussites aux jeunes bacheliers ».  Ce qui marque encore cette entrée, c’est que l’équivalence du diplôme de l’.E.S.T a été reléguée à la 2èmeannée ; alors qu’il équivalait la 3èmeannée, une décision qui vise à amplifier d’avantage la crédibilité de la fac.

Les nouveaux inscrits manifestent pleinement leurs  enthousiasmes pour l’étude, sachant que la fac maintenant, dispose d’une bibliothèque mieux fournit qu’avant, un stade gazonné pour le foot, des panneaux d’indications et beaucoup d’autres innovations...

Les parents quant à eux estiment que la fac doit encore faire l’effort; en vue de permettre aux jeunes étudiants, qui font le déplacement jusqu’à : Rabat, Marrakech, Agadir…pour poursuivre des études dans certaines filières à l’instar des études islamiques, la sociologie, la psychologie entre autres.

Une volonté à venir sans doute, puisque la fac va crescendo.

Publié dans Enseignement

Commenter cet article

too banal 17/01/2008 22:08

Ce qui compte dans une fac, ce n'est pas l'aspect quantitatif relativement au nombre des étudiants inscrits mais plutôt la qualité des infrastructures et des enseignements dispensés.Ce n'est pas le doyen non plus qui fait la fac mais le vrai gestionnaire formé de façon ad hoc pour remplir ce poste ! Dans le système marocain, devenir doyen consiste encore en une promotion d'un enseignant. A priori, étant issu du milieu universitaire, on peut s'attendre de sa part à une connaissance des dossiers à traiter...mais ce n'est malheureusement pas souvent le cas. Un professeur connu pour être bordélique le restera si jamais il est promu doyen. Bref, nul besoin de brosser un tableau entier sur la question! Le Maroc est le champion quand il s'agit de nommer la mauvaise personne à la bonne place...Regardez du côté des ministres! T'es un peu poète sur les bords..allez, on te confie le portefeuille de la culture ! Et ainsi vogue la galère...Nos facultés sont de plus en plus des garderies pour adultes et rien d'autres ! Ce faisant, le chômage des diplomés va également crescendo...

mustapha 28/11/2006 20:48

slt,c'est bien de garder tjs son sens de l'humour,sauf que tu dois citer la référence car je pense avoir lu ceci qlq part.